Semaine 45: Nos limites, les dépasser tout en se respectant.

Dans une société centrée sur la performance, nous sommes sans cesse poussés à dépasser nos limites, sortir de notre zone de confort, et accomplir des objectifs exceptionnels. Si cela peut renforcer notre confiance en nous, et nous amener une énergie formidable, nous devons également apprendre à respecter nos besoins et certaines frontières.

Cet article participe au carnaval d’articles « Forme vitalité Bien-être », c’est un groupe de blogueurs qui chaque mois publient un article sur un thème donné. Ce mois-ci, le thème est « Dépasser ses limites », proposé par Amandine du blog La vie de mes rêves (http://la-vie-de-mes-reves.com) qui ouvre le bal avec son article Interview d’Alexy Berthey, ou comment le sport nous aide à dépasser nos limites (http://la-vie-de-mes-reves.com/interview-dalexy-berthet-ou…/)

1. Dépasser ses limites, c’est bon pour quoi?

1.1 dépasser ses LIMITES pour atteindre des objectifs qui nous semblaient irréalisables:

retrouver la simplicité

Bon, je sais que j’ai déjà pris plusieurs fois en exemple mon voyage à Compostelle où j’ai marché pendant 500 km, et je vous entends déjà: « Oh, elle ne va pas encore la ramener, celle-là, avec son voyage à Compostelle! » C’est cependant pour moi le plus bel exemple de dépassement de limites, pas seulement pour moi, car je ne me suis jamais dit que ce n’était pas réalisable, mais aussi pour beaucoup de personnes que j’ai rencontrées sur le chemin, et qui n’y croyaient pas.

La difficulté n’était pas de marcher entre 18 et 40 km par jour, la difficulté était de marcher cette distance tous les jours. Et je peux vous dire qu’avant que le corps s’habitue, il faut un peu de temps… Ainsi, j’ai dû prendre des anti-douleurs pendant plusieurs jours, sinon, il m’était impossible de dormir la nuit et moins je dormais, moins mes muscles se détendaient, et donc plus ils étaient fatigués… Il a fallu une dizaine de jour pour que mon corps s’habitue à ce rythme et que la douleur s’estompe, elle ne disparaît jamais complètement mais on finit aussi par la dépasser et aller au-delà de la douleur...

les pieds blessésJ’ai également rencontré des personnes formidables pour qui ce chemin était bien plus douloureux, et c’est parfois les pieds en sang qu’ils avançaient vers ce même but, ce même objectif…

Et pendant les pauses, les mêmes conversations revenaient systématiquement: trouver un endroit pour dormir le soir et des sparadraps pour les pieds!! Mais l’énergie du groupe était telle qu’elle nous a permis d’avancer, même dans les moments les plus difficiles, et de dépasser nos limites…

1.2 Dépasser ses LIMITES pour augmenter sa confiance en soi

Evidemment, lorsqu’on arrive à atteindre ses objectifs qui nous semblent tellement difficiles, nous en sommes très fiers, et cela augmente la confiance en soi. L’image que l’on a de soi et la confiance en soi est liée au nombre d’expériences positives que l’on fait. Dépasser ses limites permet d’augmenter les expériences positives et de littéralement renforcer l’image positive que l’on a de soi.

Dernièrement, j’ai enfin réussi à perdre quelques kilos et améliorer ma santé. Le fait d’avoir atteint cet objectif sur lequel je bloquais depuis plusieurs années a réellement changé l’image que j’avais de moi-même de manière positive.

confiance en soiEt toutes les autres expériences sont également source de renforcement positif: voyager seule, faire du sport, etc… chaque fois que je tente une nouvelle aventure, que je sors de ma zone de confort, que je pousse la barrière pour aller voir ce qui se passe derrière, toutes ces expériences contribuent à renforcer l’image positive que j’ai de moi-même!

2. Dépasser ses limites en se respectant.

Alors, puisque c’est tellement positif de dépasser ses limites, pourquoi faut-il s’arrêter? Il faut s’arrêter parce que parfois nous nous mettons en danger lorsque nous dépassons certaines barrières physiques ou mentales. Nous ne sommes pas tous constitués de la même manière et nous n’avons pas tous les mêmes forces et faiblesses. il faut donc bien se connaître et surtout accepter de s’arrêter avant d’aller trop loin.

Comment reconnaître les signes?

2.1 Les signes physiques

Il y a des signes évidents donnés par le corps.

Sur le chemin de Compostelle, j’ai vu des personnes qui étaient obligées de s’arrêter, par ordre du médecin. Leurs pieds étaient tellement blessés que cela pouvait être dangereux pour elles de continuer… Lorsque j’étais plus jeune, j’ai dû arrêter le kung-fu suite à une déchirure à l’épaule. Le médecin m’a dit que si je continuais, j’allais tout simplement perdre la mobilité de mon épaule. Un ami qui se préparait pour le marathon a du arrêter son projet. Grand sportif à vélo, la course à pied ne lui convient que sur des distances plus courtes, et il a fait le choix de préserver ses genoux et ses hanches afin de pouvoir continuer à pratiquer du sport, ce qu’il aime tant.

Le corps est un bon gardien de nos limites, l’écouter est un signe de sagesse, et de bon sens…

2.2 Les signes psychologiques

souffrance psychologiqueLes signes psychologiques sont plus difficiles à percevoir et à respecter. Il faut faire la différence entre notre mental qui veut nous maintenir dans un relatif confort, et une certaine sécurité, et peut nous piéger en nous créant de faux besoins de repos, et de vrais signes psychologiques que nous avons dépassé nos limites psychiques.

Voici néanmoins quelques signes qui ne trompent pas:

  • Vous vous sentez souvent fatigué et avez l’impression que vous ne récupérez pas.
  • Vous avez perdu votre sens de l’humour, vous ne riez plus.
  • Vous n’avez plus envie de voir des gens.
  • Votre projet vous ennuie plus qu’autre chose alors qu’avant il vous stimulait, vous n’arrivez plus à vous y intéressez.
  • Vous avez l’impression que vous étouffez.
  • Vous vous sentez dépassé par la moindre tâche à réaliser…
  • Vous ne voyez pas comment vous en sortir
  • etc…

Cette liste n’est pas exhaustive, elle peut cependant vous donner quelques indices pour vous dire qu’il est temps de lever le pied et de revoir vos objectifs…

Il ne s’agit pas d’abandonner votre projet mais simplement il est possible qu’il ne vous convienne pas réellement et qu’il faille le revoir et l’adapter, en tenant mieux compte de qui vous êtes… Si tel est le cas, faites une pause, et profitez-en pour faire le point! Avec ou sans l’aide d’un professionnel, mais ceci ne peut que vous faire du bien pour mieux repartir et dépasser d’autres limites, enfoncer d’autres barrières et découvrir d’autres territoires!!

En ce qui me concerne, je vais chausser mes nouvelles baskets pour un petit jogging et je vous souhaite une excellente semaine!

 

 

 

One Reply to “Semaine 45: Nos limites, les dépasser tout en se respectant.”

  1. C’est vrai que si on suit correctement les directives que tu donnes, on peut arriver à faire de grands progrès tout en se respectant.

Laisser un commentaire