Semaine 49: Syndrome métabolique: comment en sortir?

Le syndrome métabolique préfigure le diabète de type 2, les AVC, ainsi que les troubles cardiovasculaires. Heureusement, on peut en sortir!!

Cette semaine, je suis heureuse de vous parler du syndrome métabolique, syndrome duquel j’étais atteinte et dont je me suis sortie, en appliquant toutes les nouvelles habitudes de santé dont je vous ai déjà parlé. Je ne vous dis pas que c’est facile, mais en tous les cas, c’est possible!!

1. Qu’est-ce que le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique n’es pas une maladie en soi, mais plutôt la présence d’une série de signes physiologiques et de problèmes de santé qui ont un commun un mauvais métabolisme fonctionnel.

2. Comment repère-t’on un syndrome métabolique?

Pour parler du syndrome métabolique, il faut au moins 2 des symptômes suivants:

  • un taux d’insuline anormalement élevé dans le sang
  • une hypercholestérolémie avec un taux de cholestérol LDL relativement bas
  • Un excès de poids avec un tour de taille (graisse abdominale) > 88 cm pour les femmes et > 100 pour les hommes.
  • De l’hypertension
  • De l’hyperglycémie

Le syndrome métabolique est presque toujours associé à une insulino-résistance, qui est l’étape préalable au diabète de type 2.

3. Conséquences à long terme

A long terme, le syndrome métabolique peut conduire à

  • du diabète de type 2: à force de produire trop d’insuline pour diminuer le taux de glycémie, le pancréas risque de s’épuiser et de conduire à du diabète de type 2
  • des troubles cardiovasculaires:
  • des accidents vasculaires cérébraux

4. Quelles sont les causes?

Les causes principales sont une consommation excessive de sucres raffinés, que l’on trouve dans les produits transformés, avec une vie trop sédentaire (pour ma part, travail assis pendant de très longues journées), et un facteur génétique.

Toutefois, quand je regarde les dernières années de ma vie, je reste convaincue que le stress a eu un fort impact sur ce syndrome, car le stress à long terme a la particularité de perturber le métabolisme des glucides.

5. Comment sortir du syndrome métabolique?

J’ai d’abord été amenée à consulter un médecin nutritionniste pour m’aider à perdre du poids, car c’était vraiment difficile. C’est donc lui qui a diagnostiqué ce syndrome. J’ai ensuite décidé de travailler sur l’aspect physique mais également sur l’aspect psychologique, médical, et j’ai changé de style de vie. J’ai consulté le Dr Garbay, qui a créé le centre Nutriesthétic, et travaille avec une équipe multidisciplinaire. En plus d’un suivi médical, et nutritionnel, j’ai travaillé avec un coach.

1. La nutrition

Au départ de la consultation, je voulais perdre du poids et ce qui est terrible lorsqu’on a une insulino-résistance, c’est que le moindre glucide ingéré génère la sécrétion de beaucoup plus d’insuline qu’une personne qui n’est pas atteinte de ce trouble! Ce qui veut dire que si vous mangez une gaufre, cela aura un effet sur vous beaucoup plus important (en ce qui me concernait, cela avait l’effet de 4 gaufres!) Et donc, malgré tous mes efforts alimentaires, je ne perdais presque pas de poids avec un régime standard. J’ai donc complètement changé mon mode alimentaire en suivant les principes de la nutrithérapie. pour restaurer mon énergie, et corriger les déficits nutritionnels. Ceci a impliqué

  • une nouvelle distribution au niveau des repas: petit-déjeuner de roi (principalement salé ou en tous les cas, non sucrés), déjeuner de prince, et dîner de pauvre…
  • une diminution drastique des sucres rapides
  • une augmentation des légumes, et un contrôle sur la quantité de glucides complexes.
  • la suppression de protéines animales le soir
  • des compléments alimentaires, principalement du magnésium.
  • mon médecin m’a également prescrit de la metformine qui aide à diminuer le taux de sucre dans le sang.

2. Le sport

J’ai augmenté le nombre de séances de sport par semaine, et surtout leur intensité. Avant, j’allais courir en moyenne 2 fois par semaine pendant environ 40 minutes, à un rythme tranquille, avec de la randonnée de temps en temps, et je suis passée à 4 séances par semaine de course à pied, avec des exercices en plus, des squats, pompes, fentes, etc… Pendant mes séances de jogging, j’ai introduit quelques minutes de courses très rapides, en alternance avec de la marche.

Les dernières études tendent à prouver que c’est ce type d’exercice ( High Intensity Interval Training ou HIIT) qui permet de brûler le plus de masse grasse et de favoriser les muscles et la masse maigre.

Il y a plusieurs programmes sur internet qui permettent de faire ce type d’exercice. J’ai utilisé personnellement le programme payant du D. Jade, metabolic afterchock, que je trouve bien fait et très varié mais c’est en Anglais.

En français, je vous conseille le site de Séverine Jacinto sur lesquels vous pouvez trouver des tutoriels gratuits, ainsi que le site Litobox. Vous pouvez y trouver un programme de 7 minutes pour vous remettre en forme! Il n’y a plus d’excuses pour dire qu’on est trop occupé!!

Au niveau application smartphone, j’aime bien la méthode Tabata… à télécharger gratuitement également.

J’insiste vraiment, le sport est absolument indispensable pour se sortir du syndrome métabolique. J’ai non seulement perdu du poids mais tous les indicateurs physiologiques de ma prise de sang ont vraiment été modifiés après cette période. Mon indice HoMa est passé de 3,80 à 1,5, et mon cholestérol est retourné à la normale (c’était la première fois en 6 ans). En outre, j’étais vraiment en pleine forme.

3. Le changement de vie

En plus de changements nutritionnels, et une augmentation de mes séances de sport, j’ai beaucoup travaillé sur moi (avec l’aide d’un coach, entre autre) et notamment sur ma relation au travail. Comme vous le savez, j’ai quitté un emploi extrêmement stressant en juin 2015, et j’ai à présent une vie beaucoup plus épanouie, avec un travail qui me plaît davantage.

Je suis profondément persuadée que le stress à longue durée à un impact négatif sur la santé, et en tous les cas, je sais que j’y suis extrêmement sensible. Changer de vie et réduire le stress m’a permis d’améliorer ma santé. Je n’y suis pas arrivée seule, car lorsqu’on est passionné, il est difficile de ne pas s’investir à 200%.

Garder du temps pour soi et ce qui est important (cuisiner sain, faire du sport, se détendre, etc…) est l’apprentissage que j’ai fait cette année!!

Merci à la vie de m’avoir octroyé le courage de prendre soin de moi et de changer ma vie!

Et vous, quel est le cadeau pour lequel vous pouvez ressentir de la gratitude aujourd’hui?

4 Replies to “Semaine 49: Syndrome métabolique: comment en sortir?”

  1. Voilà, moi aussi je me suis inscrite sur Litobox. Et ben, même 7 minutes, c’est difficile pour une débutante : le temps de repos est très court et les derniers exercices se font sans souffle ! Mais j’y arriverai, promis juré.

    • Bonjour Eliana, excellente initiative. Mais surtout, il faut écouter ton corps, et puis sinon, il y a aussi les exercices proposé par Séverine Jacinto qui sont très accessibles. Courage,tu vas y arriver!! 🙂

Laisser un commentaire