Semaine 43: Rester en forme pour la rentrée, ce que les blogueurs vous en disent.

Ce mois-ci, j’étais l’organisateur du carnaval d’articles “Forme Vitalité Bien-être” (c’est un groupe de blogueurs qui, chaque mois, publient un article sur un thème donné) sur le thème “Pour une Continue Reading →

Semaine 18: 5 secrets pour maigrir sans régime!

Image

Aujourd’hui, j’ai une excellente nouvelle: pour que je puisse perdre les quelques kilos en trop, mon nutritionniste m’a demandé d’arrêter de faire régime!

Comment en est-on arrivé à cette conclusion? Depuis 6 mois que je le consulte, je n’ai perdu que 2 petits kilos des 4 que j’avais pris, suite à la diminution drastique de mon traitement thyroïdien (voir mon article semaine 2: faire un bilan de santé). Depuis, je stagne laborieusement. Mon nutritionniste a compris qu’il ne servait à rien de faire plus de la même chose et qu’il fallait changer de stratégie car il y a un lien émotionnel avec la nourriture qui perturbe ma perte de poids.

Après un petit travail de prise de conscience, il en ressort que je mange souvent même quand je n’ai pas fin, parce que c’est recommandé dans le régime, par culpabilité de jeter de la nourriture, par ennui ou pour calmer des angoisses. Il m’a donc demandé d’arrêter de faire régime et de me concentrer sur mes sensations de faim…

Le point positif est qu’après 6 mois de changement alimentaire, même si je n’ai perdu que 2 kilos, j’ai augmenté de manière significative mon pourcentage de muscles et donc j’ai quand même mincis, et mon âge métabolique a diminué.

En conclusion de cette consultation et après le nombre de bouquins sur les régimes que j’ai lu, j’en tire les conclusions suivantes:

1. Arrêter de croire tout ce qu’on vous dit. 

Chaque auteur, médecin nutritionniste est convaincu du bien-fondé de sa méthode. Les nutritionnistes que j’avais consultés précédemment étaient absolument convaincu que leur régime fonctionnait et si je ne maigrissais pas, c’était de ma faute. J’ai tenté d’expliquer au premier qu’après une semaine de son régime, j’avais l’impression d’être mordante avec mon entourage tellement j’avais faim et que j’avais les intestins en compote (ce qui était dû à une intolérance au lactose découverte par la suite, alors qu’il préconisait 2 produits laitiers par jour), il n’a fait que me répéter que son régime marchait et qu’il fallait poursuivre.

Au second, après 8 mois de consultation, je lui ai demandé de varier le petit déjeuner tartine pain complet-jambon dégraissé qui frustrait au plus haut point mes tendances végétariennes, et une solution pour me contrôler le soir en rentrant, parce que j’avais faim en rentrant chez moi après une salade à midi, et il m’a répondu que ce n’était pas normal que j’aie faim… Mais zut alors, j’ai quand même le droit d’avoir faim, non? Surtout quand je rentre chez moi à 19h et que mon dernier repas était à 12h! Bref, après 8 mois de stagnation, j’ai arrêté cette démarche qui ne répondait pas à mes besoins.

Tout cela pour vous dire que les spécialistes sont convaincus de leur théorie, la plupart d’entre eux ne supportent pas d’être remis en question.  A force d’avoir lu des bouquins avec 36 méthodes différentes, toutes plus pertinentes les unes que les autres, je me suis retrouvée à ne plus savoir que manger et à culpabiliser dès que je m’offrais une douceur…

Mon nutritionniste m’a lâché dernièrement: « Quand on a faim et qu’on mange, on ne grossit pas, même si vous mangez une gaufre. Ce qui fait grossir, c’est tout ce que vous mangez quand vous n’avez pas faim! ». Ceci m’a fait l’effet d’une bombe. Il n’y a donc pas de mauvais aliments, si j’ai faim et tant que j’ai faim, ce que je consomme ne me fera pas grossir… Je peux même manger des glucides!

Cette simple phrase a remis en question 30 ans de croyances et de torture alimentaires!! Je reste convaincue que nos pensées nous influencent bien plus que ce qu’on croit. Si chaque fois que vous mangez un biscuit, vous vous attendez à grossir, vous finissez par conditionner votre corps et vous prendrez du poids, parce que vous êtes convaincu que vous en prendrez!

Maigrir, c’est aussi dans la tête.

2. Ecouter son corps

Donc la bonne nouvelle, selon mon nutritionniste, ce qui fait grossir est tout ce qu’on mange quand on n’a pas faim ou qu’on n’a plus faim.

La difficulté est donc de reconnaître les signes de faim et de satiété.  Pour cela, il faut donc écouter son corps et repérer les signaux de la faim et de la satiété.

Il est également très important d’écouter son corps pour reconnaître les aliments qui vous conviennent ou pas. C’est comme cela que je me suis rendu compte que j’avais un problème avec le lactose. Après avoir mangé des produits laitiers style yaourt ou fromage frais, j’avais vraiment des douleurs aux intestins.

Attention aux intolérances au lactose

Attention aux intolérances au lactose

Ecouter son corps n’est pas toujours facile, cela nécessite de se centrer sur soi. La méditation m’aide beaucoup pour rester centrée.

Il faut également repérer les émotions qui viennent tromper les sensations de faim, car certaines sont très proches.

3. Manger en pleine conscience.

Lorsque j’ai passé 2 semaines dans le temple zen en juillet, j’ai perdu 2 kilos sans aucun effort, et en mangeant  à satiété pour une simple raison: à chaque repas, nous mangions en pleine conscience. Manger en pleine conscience signifie donc qu’à chaque bouchée, je goûte pleinement ce que je mange, je ressens toutes les sensations de cette nourriture dans ma bouche et sur ma langue, je reste dans l’ici et maintenant plutôt que de d’être distraite par la télévision, par des discussions (nous mangions en silence) ou parasitée par des pensées.

Sans tomber dans une attitude extrême, lorsqu’on fait l’effort de manger en conscience, de goûter chaque bouchée, c’est automatique, on repose sa fourchette entre chaque bouchée, on mange beaucoup plus lentement et beaucoup moins,  on est donc vite rassasié et on sent mieux la satiété.

4. Choisir des aliments qui vous donnent de l’énergie.

Même si le fait de manger une gaufre quand on n’a faim ne devrait pas faire grossir, il est clair que se nourrir uniquement de frites, gaufres et pizza ne vous apportera pas les éléments nutritifs nécessaires pour être en forme et plein d’énergie. Choisissez donc des aliments qui vont vous donner de l’énergie et sont bons pour vous.

Plein de vitamines avec un choix de fruits et légumes!

Plein de vitamines avec un choix de fruits et légumes!

Les légumes, et les fruits, bien sûr.  Mais également, les céréales complètes conviennent bien: boulgour, quinoa, riz sauvage avec des légumineuses: lentilles, pois chiches, etc…

Contrairement à ce que la majorité de personnes pensent, on les supporte très bien!

Le sucre et l’alcool n’apportent que des calories vides, et beaucoup de fatigue. Par contre, ils apportent un certain plaisir, et sont un facteur de sociabilité. Je les limite donc au WE ou bien quand je suis avec des amis, et que je considère l’évènement suffisamment spécial.

5. Apprendre à s’aimer et se respecter. 

C’est le plus important, au final. Il faut aimer son corps et respecter ses besoins. Lorsque je culpabilise et que je mange pour ne pas jeter de la nourriture, alors que je n’en ai pas besoin, comment est-ce que je considère mon corps? Notre corps n’est pas une poubelle! Manger pour ne pas jeter alors que nous n’en avons pas envie ou besoin, c’est le considérer comme une poubelle. Manger un 3ème morceau de tarte pour faire plaisir à la tante qui insiste, alors que nous n’en avons pas envie, ce n’est pas respectueux pour soi! Le respect et l’amour de soi sont aussi importants que le respect et l’amour des autres… La tarte qui reste sur le plateau de notre tante ne lui fera aucun tort, mais ne nous apportera aucun bénéfice, bien au contraire, si on se force à la manger.

S’accepter n’est pas facile, mais pourtant, c’est sans doute la clé: en s’acceptant et en s’aimant, on adoptera plus naturellement des comportements positifs pour soi.

Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas ici de se dire: « OK maintenant, je peux manger tout ce que je veux, et je ne grossirai pas, même si je me goinfre! » C’est évidemment faux! De nouveau, je vous invite à écouter votre corps et à vous faire du bien en choisissant ce qui vous convient, mais de manger de tout sans frustration, sans culpabilité et avec conscience… ce qui n’est pas si facile.

A très bientôt pour le résultat!

semaine 14: J’ai la pêche!

Image

Hé bien, voilà 10 jours que j’ai pris la décision de « sauter dans le vide », je m’attendais à être épuisée ou déprimée, recevoir un contrecoup, me sentir désoeuvrée après 11 ans de travail à responsabilités hyper stressant, mais tout au contraire, je ne me suis jamais sentie plus en forme, et pleine d’énergie. je suis tellement excitée que j’ai peine à rester devant mon ordinateur pour écrire ces quelques lignes!

C’est incroyable! Moi qui traînais au lit tous les matins, rampais péniblement jusqu’à la salle de bain, en n’ayant que l’idée de retourner me coucher (pour visualiser, pensez à une limace…), je me lève maintenant avec enthousiasme, à l’aube ou presque (enfin, 6h30, c’est quand même tôt, non?… sauf pour les boulangers, les facteurs, les parents, les navetteurs, etc… mais je ne suis rien de tout cela) pour commencer ma journée en fanfare… En ce qui me concerne, c’est réellement un progrès.

Et je n’ai plus beaucoup de coups de pompe pendant la journée. Quand ça m’arrive, je fais une mini sieste de 10 minutes, et hop ça passe! Evidemment, c’est plus facile quand on bosse chez soi que dans un bureau!

En plus, je n’arrête pas de courir pour le moment: les papiers, terminer ceci, finaliser ce que j’avais laissé en plan pendant des années parce que je n’avais pas le temps de m’en occuper… bref, je travaille encore plus qu’avant mais avec enthousiasme et énergie! J’adore ça…

Imputer ce seul changement au fait que j’ai arrêté de travailler dans une grosse boîte pour me mettre comme indépendante et créer ma propre société est peut-être trop facile et direct. Je pense que c’est une ensemble de choses, qui globalement m’ont menée vers ce nouvel état d’énergie. Et notamment, le fait que j’ai changé mon alimentation et que je mange vraiment très léger le soir… J’ai aussi arrêté, le sucre, l’alcool et particulièrement, la viande le soir.

Je reviendrai vers vous avec les voleurs d’énergie dans un prochain article, mais là, je profite à fond de ce nouvel état! C’est juste formidable! 🙂