Semaine 28: Les effets bénéfiques de la nature sur notre santé

Galerie

Cette galerie contient 3 photos.

Cet article participe au carnaval d’articles du groupe de blogueurs « Forme Vitalité Bien-être ». Tous les mois, chaque blogueur publie un article sur un thème commun. Pour décembre, le thème retenu Continue Reading →

semaines 16-17: 8 pièges à éviter en vacances

Image

Vous savez quoi? Je crois que j’ai eu la plus mauvaise idée de vacances qui soit! J’avais planifié 3 semaines de vacances, dont 2 semaines de méditation dans un monastère Zen en France pour ensuite repasser voir des amis en Drôme pendant 3 à 4 jours, voire pousser une pointe pour aller voir d’autres amis à Nice, et puis voilà, j’ai du tronquer une bonne semaine … Du coup, j’ai passé 13 jours dans le Monastère et 1,5 jour avec mes amis.

Au bord d'une rivière, dans la Drôme

Au bord d’une rivière, dans la Drôme

Je parlerai dans un autre article de cette expérience intensive de méditation, mais ce qui est sûr, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’était pas reposant du tout!! Heureusement, j’ai eu un jour dans la Drôme où nous avons passé du temps dans un superbe endroit, au bord d’une rivière qui formait, entre de petites cascades,  des bassins naturels. Quel plaisir que de se baigner dans cette eau claire et fraîche! Voilà de quoi vous donner un bon petit coup de fouet et faire circuler le sang et donc l’énergie dans tout votre corps.

Cette expérience m’a également fait réfléchir sur des vacances passées, où j’ai eu l’impression que mes choix n’avaient pas été très adéquats pour moi. Voici les pièges à éviter en vacances.

1. Se forcer à suivre un rythme intensif similaire à celui du travail pendant ses vacances

Bon, c’est au final ce qui s’est passé au monastère où nous vivions comme les nonnes: lever à 5h15, 1ère méditation à 5h30, petit déjeuner, vaisselle ou ménage, 15 minutes de pause, seconde méditation à 8h30, 15 minutes de pause, travail au jardin, ménage, préparation du repas, ou enseignement, repas de midi, vaisselle, enfin une pause de 1h30 à 2h, et hop, à 15h, nouvelle méditation, et c’était reparti non stop jusqu’à 21h.

Si l’utilité de cet exercice prend tout son sens lorsqu’on veut travailler sur soi, et sa capacité de méditation, penser y être en vacances pour se ressourcer et se reposer est un leurre… En ce qui me concerne, pendant les vacances, j’ai besoin de casser le rythme habituel, de fonctionner parfois au ralenti, parfois à 200% mais en fonction du ressenti du moment. Bref, s’imposer un rythme trop semblable à celui du travail n’est pas reposant, et même si j’ai eu beaucoup de prises de conscience et de bénéfices de ce séjour, je n’ai pas l’impression d’avoir eu de vraies vacances, qui devraient aussi être un moment pour se reposer…

2. Aller dans un pays où il y a des troubles politiques, et où l’insécurité est palpable.

Un des aspects que je recherche pendant mes vacances est la tranquillité de l’esprit. J’ai choisi d’éviter les pays où je sais qu’il y a des troubles politiques. Maintenant, certains troubles apparaissent aussi soudainement qu’une éruption volcanique, voyager comme j’aime (c’est-à-dire partir seule sac au dos) représente toujours un risque, et je l’accepte. J’essaie néanmoins de le limiter en lisant les nouvelles sur les sites des ambassades (voir le site affaires étrangères de France et l’ambassade de Belgique) mais sans dramatiser non plus, en écoutant la population, et en évitant les zones à risque (il y a des zones dangereuses à éviter partout, il faut discuter avec les gens pour les connaître…). Et de toute façon, pour tout ce qui est sécurité, j’évite de montrer des signes extérieurs de richesse…

3. Partir sur les autoroutes un jour de WE annoncé noir!

Sans commentaire! Surtout pour moi qui n’ai aucune patience, je préfère postposer mon voyage de quelques jours car je déteste perdre mon temps dans les bouchons…

4. Aller dans un club all-in quand vous aimez l’aventure et inversément

Un de mes pires souvenirs. j’ai voulu tester la formule all-in une fois parce que j’étais vraiment fatiguée… Au bout d’un jour et demi, j’étais comme une pile sur mon transat, impossible de rester en place. Au bout de 2 jours, en train de tourner en rond comme un lion en cage dans ce complexe hôtelier, nous avons été contraint par notre nature de nous organiser de multiples activités à l’extérieur, et revenir à ce club était finalement plus une contrainte… Bref, j’ai compris à ce moment-là que ce type de vacances n’était vraiment pas pour moi. L’inverse est également vrai. Si vous avez besoin de sécurité et de farniente, évitez les voyages aventure, cela ne vous amusera pas du tout et vous angoissera beaucoup trop…

5. Partir en voyage organisé quand vous aimez l’aventure et inversément

Premier voyage en Asie. Je suis partie avec un cousin n’ayant aucune expérience de voyages, et nous avons opté pour des vacances organisées. Mon deuxième pire souvenir de vacances! Nous étions bringuebalés d’un point à l’autre de la Thaïlande avec des horaires très stricts, déposés dans les restos touristiques, sans aucun charme et si la qualité des hôtels était remarquable, cela m’a finalement assez ennuyé de devoir survoler ce qui m’intéressait pour courir vers ce qui ne m’intéressait pas du tout. En outre, ce n’était pas très reposant, car il fallait voir un maximum de choses en très peu de temps. Et si ça ne me dérange pas de courir quand je voyage seule, j’ai le sentiment de choisir où je veux aller, et quand je veux m’arrêter et c’est cette liberté que j’aime. Bref, les voyages organisés ne sont pas pour moi… Par contre, si vous aimez vous décharger du stress de tout organiser vous-même, de devoir trouver un logement tous les soirs sans être certain d’en trouver, alors, n’hésitez pas à vous laisser conduire par un guide qui fera le travail à votre place.

6. Partir avec une copine qui vous tape sur les nerfs à l’avance.

Si vous avez décidé de partir avec un ou des compagnons de route, n’oubliez pas qu’en vacances, vous serez toujours avec ces personnes, presque 24h/24. Ce qui vous énerve, mais est supportable à petite dose, ne s’arrangera pas pendant les vacances… J’ai perdu une bonne copine de cette façon!

7. Partir avec des gens qui n’ont pas du tout la même conception des vacances.

J’adore me lever tôt en vacances, et je ne sais pas pourquoi, j’ai beaucoup plus d’énergie que quand je travaille. Je me lève comme une fleur à 4h00 du matin pour aller gravir une montagne et regarder le soleil se lever. Je me sens en pleine forme et il faut que je bouge, j’adore marcher! Si vous partez à plusieurs, renseignez-vous sur la conception des vacances de vos amis, pour savoir à quoi vous attendre… C’est assez frustrant quand vous être frais comme un gardon et plein d’énergie pour démarrer votre journée à 7 ou 8 heure du matin (au plus tard) et que vous devez attendre 9h à 10h bien sonnés pour que vos amis soient prêts. En outre, si la marche et l’activité physique sont vos dadas, vous vous ennuierez si vous n’avez pas prévu de plan B, alors que tous vos amis font du farniente sur la plage. De la même manière, la dernière amie avec qui je suis partie faire un périple de 3 semaines au Pérou était tellement épuisée en revenant qu’elle est tombée malade. Il a fallu 3 semaines pour qu’elle s’en remette…

8. Ne pas connaître la situation financière de vos compagnons de vacances et leur budget.

Bon, ça c’est le sujet qui fâche! Je pense que c’est quelque chose d’important à discuter avant de partir… j’ai un ami qui a donné son accord pour partir en vacances avec des collègues, en laissant l’épouse d’un de celui-ci s’occuper de toute l’organisation, et qui a été très surpris par la note finale de la proposition, qui était nettement plus élevée que ce à quoi il s’attendait…

De la même manière, lorsque je pars avec des amis dont les moyens financiers sont nettement inférieurs aux miens, je m’adapte à leurs moyens, et je freinerai mes envies de dépenses non nécessaires…

Voilà la liste de mes pièges à éviter pour avoir des vacances reposantes, ressourçantes et énergisantes.

En fait, de nouveau, il s’agit de bien se connaître pour savoir ce qui vous convient le mieux. En plus, il faut accepter qu’en fonction d’états de fatigue différents, vos besoins peuvent être différents, et donc écouter son corps et se respecter…

Et vous, quels sont vos pièges de vacances?

 

 

Semaine 11: Se nourrir de l’énergie de la nature

Image

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Se nourrir de l’énergie des arbres

Un de mes moyens les plus efficaces pour me ressourcer est d’aller me promener dans la nature. En dehors de l’exercice de la marche, celle-ci a sur moi un réel effet ressourçant. Je suis née à la campagne mais je vis en ville depuis plusieurs années et ce qui me manque le plus, ce sont les grands arbres… Donc, dès que j’en ai l’occasion, je m’enfouis dans les bois à la recherche de l’énergie bienfaisante de ces merveilleux arbres. Je voulais comprendre pourquoi la nature a un tel effet et je suis tombée sur un article résumant des expériences sur le sujet: futura-sciences

Cet article est lui-même tiré du livre: Pourquoi la nature vous fait du bien, de Nicolas Guéguen, et Sébastien Meineri.

Une expérience a été faite sur les effets de la marche à pied, il a été prouvé que la marche en forêt a des effets plus bénéfiques que la marche en ville sur la pression systolique et le rythme cardiaque. Les auteurs concluent qu’il y a une magie, une sérénité et une beauté intrinsèque de la forêt qui expliquent certainement ces effets.

marcher dans les bois permet de retrouver son énergie

marcher dans les bois permet de retrouver son énergie

Une autre étude a été faite sur le lien entre les espaces verts et l’apparition des maladies. L’étude permet également de prouver que l’apparition de certaines maladies diminue en fonction des espaces verts et de l’environnement.

C’est la même chose pour les fleurs: en général, l’émotion positive entraînée par un bouquet de fleurs est plus importante que pour un autre cadeau de même valeur… Offrir des fleurs provoque de la joie chez les femmes!

Les fleurs ont un effet bénéfique sur le moral

Les fleurs ont un effet bénéfique sur le moral

De la même manière, on a réussi à prouver que la présence de plantes sur le lieu de travail augmente la productivité et diminue le nombre d’arrêts maladie…

Bref, en ce qui me concerne, j’adore me promener dans la nature, dans les bois pour toucher le tronc des arbres, le long des chemins de campagne pour admirer les étendues colorées, parfois vertes, parfois jaunes car brûlées par un soleil de plomb, souvent odorantes, mais toujours variées.

Je n’ai jamais vécu d’expérience plus intense que de sentir la vibration de la nature, lorsque sous ma tente dans un camping d’Ontario, j’ai entendu les loups hurler à quelques kilomètres, lorsque dans un canot pneumatique, les baleines du Saint-Laurent surgissaient des flots à quelques mètres, lorsque arrivée dans la jungle amazonienne, nous avons découvert tant d’oiseaux de couleurs s’envoler de toute part, et mille piaillements et autres bruits aux sonorités inconnues éclater pendant les nuits.

C’est effectivement dans la jungle que j’ai ressenti cette vibration de vie et d’énergie vitale s’écouler à travers moi de la manière la plus intense. Cette sensation est réellement extraordinaire, il y a tellement de vie que vous en sentez la vibration vous traverser littéralement!

Il n’y a évidemment pas besoin d’aller aussi loin, nos forêts et nos campagnes regorgent de coins magnifiques, où on peut également ressentir l’énergie de la nature, et s’y ressourcer.

Le week-end dernier, nous  sommes partis à Solwaster, au pied des Fagnes. C’est un village magnifique, encore préservé. Et les bois aux alentours sont également très beaux et propices à la balade, avec plusieurs sentiers balisés. Ceci dit, heureusement que j’étais avec une amie, car avec mon fichu sens de l’orientation, je m’y serais bien sûr perdue!

Solwaster

Avec les beaux jours, je m’engage à aller me promener quelques heures tous les week-ends, et tant pis si je me pers quelques fois, la Belgique n’est pas si grande, et je finirai toujours par retrouver mon chemin!